Mots d'experts
  • Accueil
  • FR
  • Mots d'experts
  • Déployer un schéma directeur des données à travers le BIM : quel intérêt pour un maître d’ouvrage ?

Déployer un schéma directeur des données à travers le BIM : quel intérêt pour un maître d’ouvrage ?

Octobre 2021

Les experts

Expert - Constance Quaglino

Constance Quaglino

Cheffe de projets AMO BIM & Digital

Expert - José Antonio Cuba Segura

José Antonio Cuba Segura

José Antonio Cuba Segura

Directeur BIM & Smart Building - Kardham

Pour les grandes maîtrises d’ouvrage, la maîtrise du parc immobilier est un enjeu stratégique de première importance. La capacité à contrôler son patrimoine en temps réel permet alors d’optimiser les coûts et d’en faciliter la gestion. Le BIM est alors un moyen de parvenir à ces objectifs, ce que l’exemple de la Région Grand Est nous permet de mieux comprendre.

La Région Grand Est gère un patrimoine immobilier diversifié d’une surface d’environ 5 300 000 m². Elle a souhaité promouvoir de nouvelles pratiques collaboratives rendues possibles grâce à la maquette numérique BIM. C’est à ce titre qu’elle a formalisé sa Charte BIM en 2020 avec le soutien du Groupe Kardham et de ses experts BIM, référents certifiés par Certivea.

Pour une maîtrise d’ouvrage qui gère un patrimoine, il est indispensable de réaliser un schéma directeur de données. Cela lui permet de maîtriser les données de son patrimoine dans le périmètre et la profondeur, et donc de ne pas être dépendante de fournisseurs et intégrateurs. En définissant le périmètre, c’est-à-dire la quantité de données, elle déterminera la temporalité de compilation et d’exploitation des données par chaque partenaire et la manière dont celle-ci lui sera transmise. En déterminant la profondeur, c’est-à-dire le niveau de détails, elle définira la quantité et la typologie des données statiques et dynamiques qui y seront gérées.

La mise en œuvre opérationnelle du schéma directeur des données sera entre autres la Charte BIM. Cette Charte BIM est un document générique de la maîtrise d’ouvrage qui traduit sa politique en objectifs de qualité et de performances attendues du BIM pour l’ensemble de ses projets (relevé, conception, réalisation ou encore exploitation). La Charte BIM décrit les rôles et missions BIM, précise les spécifications de la maquette numérique, identifie les livrables et formats de fichier attendus et énonce les dispositifs spécifiques à suivre en phase d’exploitation du bâtiment.

Pour mettre en œuvre sa Charte BIM, la Région Grand Est s’est lancée dans la réalisation d’une maquette numérique BIM de Référence. Celle-ci présente le Tableau des Niveaux de Développement (TND) c’est-à-dire la structuration de la donnée attendue par la Maîtrise d’Ouvrage. Cette maquette numérique BIM de Référence doit être considérée comme une « boite à outils » pour les équipes de maîtrise d’œuvre et les entreprises afin de faciliter la compréhension de la Charte BIM de la Région Grand Est. Ils pourront voir quelles sont les attentes de la maîtrise d’ouvrage en rendu IFC (Industry Fondation Classes), un format de fichier spécifique pour coordonner les maquettes. Pour tester la Charte BIM dans les phases de BIM Exploitation, la maquette de référence est soumise à des tests d’intégration des données. Les tests d’importation des données permettent de confirmer la capacité de la maîtrise d’ouvrage à exploiter les données qui lui sont livrées par les partenaires du projet de construction dans son BIS (Building Information System). Les maquettes numériques BIM serviront alors de « combustible » aux systèmes de gestion de l’information. Les essais d’exportation des données permettront de valider la capacité du BIS à exporter les données pour transiter vers d’autres systèmes de données statiques (non évolutives telles que les surfaces) et dynamiques (évolutives telles que les flux du bâtiment). Cela permettra à la maîtrise d’ouvrage de garantir le transfert des données vers d’autres logiciels et ne pas être dépendante de son éditeur et intégrateur. L’objectif central est de conseiller les maîtres d’ouvrages publics et privés à mettre en œuvre des procédures pouvant garantir la maîtrise des données sans dépendre d’entreprises privées pour leur exploitation.En outre, l’export de données peut servir à interconnecter les données du Smart Building avec des échelles plus larges, Smart City et Smart Territoire notamment.

Nous l’avons vu, le BIM peut constituer un moyen pour faciliter la gestion d’un patrimoine immobilier ce qui in fine impacte positivement les finances publiques d’une telle collectivité. A l’exemple de la Région Grand Est, les grandes maîtrises d’ouvrage publiques en ont aujourd’hui pleinement conscience.

Date de parution : Mardi 12 Octobre 2021

Lire aussi

Aligner les personnes et leur environnement de bureaux

Expert - Rianne Appel-Meulenbroek

Rianne Appel-Meulenbroek

Associate Professor

Université Eindhoven, Pays-Bas

Expert - Vitalija Danivska

Vitalija Danivska, PhD

Spécialiste Workplace management et affaires immobilières

Université d’Aalto, Finlande

Métropolisation : les villes moyennes reviennent sur le devant de la scène

Frédéric Miquel

Frédéric Miquel

Directeur Général

+33 6 32 90 87 58

fmiquel@kardham.com

Nicolas Cochard

Nicolas Cochard

Responsable R&D

+33 6 42 92 53 34

ncochard@kardham.com