ProspeKtive

Comment réenchanter le bureau ?

Août 2022

L'expert

Expert - Maria Ianeva

Maria Ianeva

Psychologue du travail et enseignant-chercheur

Centre de Recherche sur le Travail et le Développement (CRTD) - CNAM, Paris

Les psychologues du travail et les nouvelles formes de bureaux.

L’omniprésence des technologies numériques a largement contribué à l’éclatement entre espace(s) et travail : le travail tend aujourd’hui à multiplier ses espaces et ses supports, il change de forme et de contenu. Plus intellectuel, immatériel, il nécessiterait davantage de collaboration et mobiliserait la créativité d’un sujet actif dans la construction de son milieu de travail. La crise sanitaire n’a fait qu’accélérer ce mouvement de rupture entre espace et activité en normalisant des formes d’activités « hybrides » et/ou « co-modales ». Avec la sortie du télétravail imposé se dessine un horizon qui n’a désormais rien d’évident : celui du retour au bureau. Nombreux sont les travailleurs dont les conditions de vie ont évolué. La question du retour induit rapidement celle des usages ou de la fonction des espaces de travail, d’emblée perçus sous l’angle du « contenant » capable de redonner une forme physique à des équipes sinon dispersées.

Du point de vue de la psychologie du travail – entendue comme psychologie de l’activité et non comme psychologie des motivations au travail – la conception et l’implémentation de ce type de solutions pose une question de fond, celle de savoir quelle serait la part de l’activité dans la construction des espaces ?  Et plus encore, à quelles conditions – sociales, organisationnelles, interactionnelles – les rapports entre espace et activité pourront-ils se constituer comme objet de pensée pour les équipes à différents niveaux de l’entreprise ? Toute tentative de réponse univoque et définitive à ces questions se heurte inévitablement à la complexité du réel.

Pourtant, si les projets immobiliers et d’aménagement mobilisent de nombreux acteurs internes et externes aux entreprises (consultants, architectes, ergonomes, directions des Ressources Humaines, Immobilière, des Systèmes d’Information etc.), les psychologues du travail y sont rarement sollicités, sans doute car leur contribution – ses objets, sa portée, son intérêt – semble difficile à percevoir et à qualifier. Au mieux l’intervention d’un psychologue dans le contexte d’un projet d’aménagement de bureau se glisse dans des cadres existants qui ne lui appartiennent pas en propre. Sous le couvert de l’analyse des besoins ou de la conduite du changement, elle prend l’allure d’une lecture experte des conditions de travail des salariés ou de celle d’une écoute active de leur parole.

Car en effet, la plupart de ces projets affichent le souci d’associer les collaborateurs au processus de conception, soit dans le but de leur offrir une écoute pour qu’ils expriment leur ressenti d’une transformation, susceptible d’attiser peurs et frustrations ou dans l’objectif de produire un discours permettant de définir ou légitimer les caractéristiques matérielles et/ou fonctionnelles des espaces. La distinction parfois admise entre Workplace (organisation de l’environnement du travail) et Change (conduite du changement) recouvre ces deux orientations omniprésentes dans les projets d’aménagement. D’une manière générale, l’un ou l’autre de ces deux volets s’achèvent malheureusement avec l’entrée des salariés dans leur nouvel espace de travail. Or là où disparaît le projet – seul cadre formel provisoire permettant de penser l’espace en rapport avec l’« activité » – commence l’ordinaire du travail, source inépuisable d’énigmes et d’innovations.

La question du retour au bureau ou comment réenchanter le bureau est d’abord une demande de sens, une demande d’élaboration du travail et de ses transformations. La normalisation du travail à distance à la suite de la crise sanitaire a contribué à mettre en exergue cette demande en tant que telle. Il s’agit au fond d’interroger sa place dans l’univers symbolique de l’entreprise, d’en questionner les limites et ce faisant de repenser les normes qui le régissent.

Le psychologue du travail est un professionnel du cadre – un créateur d’espace-temps d’élaboration sur le travail, ses formes et ses contenus. Loin d’agiter une baguette magique pour faire émerger des solutions immédiates et définitives, son action consiste à construire des occasions de travail collectif, des instances de gestion d’un dialogue vivant sur le travail dans ses dimensions concrètes, ainsi que les contours d’expérimentations nouvelles dans lesquelles activités et espaces retrouveraient une continuité et du sens toujours en mouvement.  


Références

Date de parution : Août 2022

Lire aussi

Vous avez dit bien-être en ville ?

Expert - Lise Bourdeau-Lepage

Lise Bourdeau-Lepage

Docteur en économie

Enseignant-chercheur en géographie à l'Université Lyon 3

Chercheur à l'UMR Environnement, ville, société

Présidente de l'ASRDLF

Le bureau fermé individuel : dinosaure ou phénix ?

Marc Bertier

Marc Bertier

Workplace Strategist

+33 52 65 25 99

mbertier@kardham.com